3ème Sunsète Festival
Festival du film
de Sète
Du 7 au 12 juilet 2018

Master Class

Abdelkrim Bahloul  
Mardi 10 juillet
20H00 – 21h00
Cinéma le Palace

Attention cet évènement est annulé

Rencontre autour du métier de réalisateur.

Réservez vite ! Les billets pour cette rencontre sont gratuits , ils servent de réservations car le nombre de place est limitée.

Après des études au Conservatoire national d’Alger (1968-1671), il s’installe en France où il obtient une maîtrise en lettres modernes (Université de Paris III) et entre à l’Idhec pour suivre des études de cinéma (1972-1975).

Il est ensuite opérateur de prise de vue à Antenne 2 et à TF1 de 1976 à 1980, puis assistant-réalisateur à TF1 de 1980 à 1983. Il signe deux courts-métrages, La Cellule en 1975, et La Cible en 1978, puis réalise son premier film après avoir quitté la télévision, Le Thé à la menthe en 1984 qui remporte le prix Perspectives du Cinéma Français à Cannes et où tourne un certain Abdelatif Kechiche.

En 1991, son film Un vampire au paradis est récompensé dans plusieurs festivals – Festival du film d’humour de Chamrousse, Festival international pour l’enfance et la jeunesse de Paris (FIFEJ). En 1998, son troisième long-métrage Les Sœurs Hamlet, nous fait découvrir Béatrice Béjo. Le film réalisé en 1997/98, reçoit le grand prix du Festival international du cinéma méditerranéen de Valence et le grand prix du Festival Vues d’Afrique de Montréal. La Nuit du destin, film pour lequel Abdelkrim Bahloul a déjà remporté les prix du meilleur réalisateur et du meilleur film au All Africa Films Awards de Johannesburg, est sorti en salles en mai 1999. En 2004, il tourne avec Charles Berling le soleil assassiné. Puis en 2009, le voyage à Alger et son dernier film Jennia a été tourné en 2017/2018.

Thierry Klifa
Mercredi 11 juillet
20H00 – 21h00
Cinéma le Comoedia

Rencontre autour du métier de réalisateur.

Cinéphile dès son plus jeune âge, Thierry Klifa entre dans l’univers du Septième Art par la voie du journalisme. En 1991, il intègre ainsi le mensuel Studio magazine, auquel il collabore durant onze ans, aux côtés d’autres futurs cinéastes qui ont pour nom Marc Esposito ou Denis Parent.
En 2001, Thierry Klifa passe de la théorie à la pratique en réalisant un court-métrage, Emilie est partie, avec Sandrine Kiberlain, Danielle Darrieux et Michaël Cohen, qui deviendra son acteur-fétiche. Il signe en 2004 son premier long, Une vie à t’attendre, chassé-croisé sentimental avec Patrick Bruel, Géraldine Pailhas et Nathalie Baye, qui connaît un joli succès en salles. Après ce coup d’essai dans lequel transparait l’amour du cinéaste pour ses acteurs, les stars se bousculent au générique du Héros de la famille, un deuxième film qui mêle glamour et émotion, et réunit le gratin du cinéma français, de Catherine Deneuve à Emmanuelle Béart en passant par Gérard Lanvin et Miou-Miou.
Son ami et co-scénariste Christopher Thompson se lance en 2009 dans la réalisation avec Bus Palladium. Fidèles à leur habitude, ils en signent tous les deux le scénario et poursuivent leur collaboration fructueuse en écrivant Les Yeux de sa mère, troisième long métrage de Klifa. Pour l’occasion, le réalisateur s’entoure une fois encore d’un casting quatre étoiles parmi lequel on retrouve des habituées comme Catherine Deneuve et Géraldine Pailhas, mais aussi Nicolas Duvauchelle ou encore Marisa Paredes qui font ainsi leur entrée dans l’univers du cinéaste française.